WHAT CAN WE HELP YOU FIND?

Skip to content
Syringe icon

Les femmes et la réduction des méfaits

L’IFVS collabore avec des communautés à travers l’Ontario à accroître la capacité de répondre aux besoins liés à la réduction des méfaits chez les femmes.

LES FEMMES QUI CONSOMMENT DES DROGUES ET LE VIH

Les femmes qui consomment des drogues en Ontario ont identifié la réduction des méfaits comme un important besoin.

Des femmes peuvent consommer des drogues pour diverses raisons. Certaines le font pour composer avec des défis liés à la violence fondée sur le genre, à l’insécurité économique ou à des besoins non comblés de santé émotionnelle et physique. La consommation de drogues est également identifiée comme un facteur de risque pour le VIH, chez les femmes ontariennes, ce qui en fait un important domaine de travail pour l’IFVS.

%
18 % des femmes ontariennes nouvellement diagnostiquées du VIH en 2017 déclaraient s’injecter des drogues, comparativement à 11 % des hommes.

OHESI Women & HIV in Ontario Fact Sheet

L’IMPACT DE LA RÉDUCTION DES MÉFAITS

La réduction des méfaits est une approche centrée sur la personne et visant à réduire les conséquences néfastes de santé, sociales et structurelles associées à la consommation de substances.

L’IFVS collabore avec des femmes qui consomment des drogues et des organismes communautaires de l’Ontario à développer des stratégies et des outils pour accroître la capacité communautaire de réduire les méfaits pour les femmes qui consomment des drogues.

La réduction des méfaits est un engagement à la dignité et au respect des personnes qui consomment des drogues. Par ce travail, les femmes qui consomment des drogues peuvent être reliées à des organismes communautaires, obtenir du soutien et jouer un rôle important dans la réponse à la stigmatisation et à la discrimination institutionnelles.

Ce travail a le potentiel de favoriser le bien-être et des résultats de santé positifs chez les femmes vivant avec le VIH ou confrontées à un risque systémique de VIH.

« …Ils savent que j’ai des problèmes de toxicomanie, donc ils me disent de ne pas utiliser les toilettes publiques trop longtemps. »

— Une femme vivant avec le VIH en Ontario

« Une femme qui travaille là-bas m’a donné des conseils pour m’injecter. Ça m’a beaucoup aidée. Je ne dépends plus de personne et je n’ai plus autant de cicatrices. »

— Une femme qui consomme des drogues en Ontario

QUE FAIT L’IFVS?

whai-icon-harmreduction-1.svg

L’IFVS collabore avec des femmes qui consomment des drogues et des partenaires communautaires à accroître la capacité de réduction des méfaits pour les femmes.

whai-icon-harmreduction-2.svg

L’IFVS collabore avec des femmes et des organismes communautaires à travers l’Ontario à faire en sorte que les femmes qui consomment des drogues reçoivent une formation sur la prévention des surdoses et d’importants outils comme la naloxone.

RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

Rapport

L’épidémiologie du VIH chez les personnes qui s’injectent des drogues au Canada

Ce feuillet d’information présente un instantané de l’épidémie du VIH parmi les personnes qui s’injectent des drogues au Canada.

X